jeudi 30 novembre 2017

Le sucre, le tabac et le cannabis

Le sucre, le tabac et le cannabis

Conférence d’Henrique S. Carneiro

La conférence aura lieu à 15h au local A-6290 de l’UQAM (pavillon Hubert-Aquin).

Le 7 décembre prochain, Henrique S. Carneiro, professeur d’histoire moderne à l’USP (Universidade de São Paulo) et coordinateur du LEHDA (Laboratoire d’études historiques sur les drogues et l’alimentation), livrera une conférence portant sur l’histoire de la régulation des drogues en Amérique portugaise.

À partir de la fin du XVe siècle, les Portugais ont mis au point un commerce triangulaire atlantique qui visait à répondre, par la production nationale, à une demande européenne croissante pour le sucre. Cette production reposait sur le travail d’esclaves africains qui produisaient cette substance ainsi que, notamment, du tabac. Les profits de cette production permettaient de se procurer de nouveaux esclaves par le biais du commerce mondial. Le Brésil a été le pays qui a reçu le plus d’esclaves et produit le plus de sucre dans la période moderne.

La tolérance à l’égard de certaines formes de dépendance était liée au degré d’intégration des substances dans l’économie mondiale. Ainsi, alors que le tabac et de la canne à sucre étaient les bases de l’économie coloniale, les substances produites par les plantes utilisées par les Noirs et les Métis, comme la maconha (cannabis), étaient interdites. Voilà ce qui a permis le développement d’un modèle de régulation sociale de la consommation de drogues en Amérique portugaise. D’une certaine façon, ce modèle se poursuit dans la “guerre aux drogues” qui est actuellement un enjeu politique décisif en Amérique latine et dans le monde.

Les compréhensions médicales des émotions dans l'Antiquité

Medical Understandings of Emotions in Antiquity


Crete/Patras Ancient Emotions II Conference
“Medical Understandings of Emotions in Antiquity”
University of Patras, December 8-10, 2017

The conference ‘Medical Understanding of Emotions in Antiquity’ could be of interest to H-madness readers who wish to explore the study of emotions in the ancient Graeco-Roman world, especially with reference to medicine and the medical approach to the experience of emotional disturbance. This meeting addresses both the interpretation of strong emotions offered by the ancient physicians, such as anger; and the emotions associated with illness, recovery and the condition of being a patient (such as fear, hope and shame).

The conference has no registration fee, but, if you wish to attend, please contact jointly George Kazantzidis ( and Dimos Spatharas (


14:00 – 15:00: Registration -Refreshments
15:00 – 15:10: Welcome speech

Introduction: 15:10-15:30
George Kazantzidis and Dimos Spatharas

Session I: 15:30-17:15

-Elizabeth Craik (U. of St Andrews) “The Doctor’s Dilemma: Addressing Irrational Fear”
-Jennifer Clarke Kosak (Bowdoin College) “Fear, Shame, and Concealment in the Hippocratic Corpus”
-Chiara Thumiger (U. of Warwick) “Shame and Shamefulness in Ancient Medicine”

Coffee break

Session II 17:35-18:45

-Maria Michela Sassi (U. of Pisa) “Thematizing Emotions: Between Philosophy and Medicine”
-Spyridon Rangos (U. of Patras) “Wonder and Perplexity across Medicine and Philosophy in Ancient Greece”



Session III 10:oo-11:10

-Teun Tieleman (Utrecht U.) “The Stoic Philosopher Posidonius and Greco-Roman Medical Tradition”
-Margaret Graver (Dartmouth) “Flat Affect”

Coffee break

Session IV 11:40-12.50

-Fabio Stok (University of Rome Tor Vergata) “Emotions, Soul, and Body in the Medicine of Cornelius Celsus”
-George Kazantzidis, “Anti-humoralism and Emotions in 1st century AD Medicine”


Session V 15:00-16.10

-Amber Porter (U. of Calgary, Canada) “‘The Great Misfortune of the Physician’: Empathy and Compassion in the Writings of Aretaeus of Cappadocia”
-Susan Mattern (U. of Georgia) “The Atlas Patient: Fear and Psychosis in Galen and Ancient Greek Medicine”

Coffee break

Session VI 16:40-17:50

-Daniel King (U. of Exeter) “Am I Going to Make It Doctor? Hope and Despair in Imperial Greek Medicine”
-Alexia Petsalis-Diomidis (Corpus Christi, U. of Oxford) “Mind, Body Parts, and the Experience of Illness in Aelius Aristides’ Hieroi Logoi and Votive



Session VII 10:00-11:45

-Peter Singer (Birkbeck, University of London) “What is a Pathos? Where Medicine Meets Philosophy”
-David Kaufman (Transylvania U.) “Galen on the Apatheia/Metriopatheia Debate”
-Julia Trompeter (Utrecht U.) “Moderation cum Eradication: Emotions in Galen’s Moral Psychology”

Coffee break

Session VIII 12:15-13:25

-Maria Vamvouri-Ruffy (Université de Lausanne) “Emotions as Symptoms of Vices and Diseases in Plutarch’s Lives”
-Dimos Spatharas (U. of Crete) “Conceptualizing Emotions through Disease Metaphors”

Conclusions 13:25-13:40

Conference venue: Library and Information Centre, University of Patras

mercredi 29 novembre 2017

Le Bulletin of the John Rylands Library

The Bulletin of the John Rylands Library 

Call for submissions

The Bulletin of the John Rylands Library has been published since 1903 and has recently extended its scope: some of the highlighted areas below will be of interest to members of this list.

Submissions to this peer-reviewed journal are invited. Information on the journal can be found at: NCS Trustee David Matthews is on the board of the relaunched BJRL.

Scope of the Bulletin of the John Rylands Library

The John Rylands Library in Manchester, U.K., houses one of the finest collections of rare books, manuscripts and archives in the world. The collections span five millennia and cover a wide range of subjects, including art and archaeology; economic, social, political, religious and military history; literature, drama and music; science and medicine; theology and philosophy; travel and exploration. For over a century, the Bulletin of the John Rylands Library has published research that complements the Library’s special collections. The editors invite the submission of articles in these fields and welcome discussion of in-progress projects.

Areas of particular interest include, but are not limited to:
  • Manuscript and archive studies
  • Textual transmission and bibliographical studies
  • The histories of printing and publishing
  • The transmission and reception of the Bible
  • The history of religion, with particular regard to evangelical Christianity and the Dissenting and Nonconformist traditions
  • Visual culture, including manuscript illumination and the printed image
  • Social and cultural history, and the history of medicine

The editors also invite the submission of descriptive articles or shorter notices pertinent to items in the Library collections and those held in other institutions of the University of Manchester. Further information can be found in the Library’s Guide to Special Collections.

Les problèmes environnementaux des villes

The Green and the Dark Side of Environmental Issues in Cities (1850-1930) 

Call for papers

Session proposal for the meeting of the ESHS in London September 14-17, 2018.

Crossing urban history of science and urban environmental history, this session focuses on hygiene in the nineteenth century and early twentieth century. These topics have been covered by different scholars through different points of view, but we argue for a change of perspective.

Using comparative methodology between centers and peripheral cities in Europe, we aim to discuss contexts, actors, policies and solutions to face these issues. Were there patterns? Who were the leading actors of the claim for healthier cities - doctors, gardeners, engineers, or others? What were the oppositions between theses multiples actors? Which were the policies to face urban hygiene in Mediterranean cities or in Central and Northern European cities? These are some of the questions that we want to address in this session.

Furthermore, these topics can be analyzed by a multi-scale perspective of unity and disunity. On the geographical macro-scale of Europe were the awareness of environmental and hygiene issues, parallel to the creation of public parks, marked by unity or disunity among European centers and peripheral cities? And, on the city scale, have the actors perceived and conceived the urban environment and healthy measures as united or fragmented in space?

We welcome papers on topics related to these issues which focus on individual or comparative city cases. We encourage papers that connect urban environmental history and urban history of science, which take hygiene and health issues as the point of depart to, for instance, address public gardens and parks, city pests, environmental discussions on fresh air and healthier conditions for children and youth.’

Please, submit your abstract (up to 500 words) until December 4th, 2017 (

mardi 28 novembre 2017

Les taxes, les médicaments et la loi

Tax, Medicines and the Law: From Quackery to Pharmacy
Chantal Stebbings

Hardcover: 256 pages
Publisher: Cambridge University Press (November 20, 2017)
Language: English
ISBN-13: 978-1107025455

In 1783, a stamp duty was imposed on proprietary or 'quack' medicines. These largely useless but often dangerous remedies were immensely popular. The tax, which lasted until 1941, was imposed to raise revenue. It failed in its incidental regulatory purpose, had a negative effect in that the stamp was perceived as a guarantee of quality, and had a positive effect in encouraging disclosure of the formula. The book explains the considerable impact the tax had on chemists and druggists - how it led to an improvement in professional status, but undermined it by reinforcing their reputations as traders. The legislation imposing the tax was complex, ambiguous and never reformed. The tax authorities had to administer it, and executive practice came to dominate it. A minor, specialised, low-yield tax is shown to be of real significance in the pharmaceutical context, and of exceptional importance as a model revealing the wider impact of tax law and administration.

Bourses du CHSTM

CHSTM Fellowships

Call for applications 

The Consortium for History of Science, Technology and Medicine invites applications for fellowships in the history of science, technology and medicine, broadly construed. Apply for:

Research Fellowships (award varies)
Dissertation Fellowships ($25,000)
NEH Postdoctoral Fellowship (up to $37,800)
Fellowships in Residence (external funding)


The Consortium promotes public and scholarly understanding of the history of science, technology and medicine through its fellowship and other programs. The Consortium offers rich opportunities for research. Taken together, its collections of rare books, manuscripts and artifacts are unparalleled in historical depth as well as breadth. Access a complete list here:

Resources and Community:

In addition to providing research support, the Consortium also provides a vibrant, challenging and collegial community. Fellows participate in public and scholarly events, as well as informal reading and writing groups (more here:, held at the Consortium’s offices in downtown Philadelphia. Check out for a list of current and past fellows.


Applications for 2018-2019 must be submitted online by December 11, 2017.


We look forward to receiving your application. Please email us if you have questions:

Stay in touch on Twitter (@chstmorg) and on Facebook (

lundi 27 novembre 2017

Le dernier numéro d'History of Psychiatry

History of Psychiatry

Volume 28, Issue 4, December 2017

Con Drury: philosopher and psychiatrist
John Hayes

Insane acquittees and insane convicts: the rationalization of policy in nineteenth-century Connecticut
Lawrence B Goodheart

LSD experiments by the United States Army
Colin A Ross

From mental hygiene to mental health: ideology, discourses and practices in Franco’s Spain (1939–75)
Enric J Novella, Ricardo Campos

‘They accused me of strangling her’: epilepsy and violence debate in Croatia at the end of the nineteenth and the beginning of the twentieth centuries
Martin Kuhar, Stella Fatović-Ferenčić

A meta-analysis of the core essence of psychopathological entities: an historical exercise in phenomenological psychiatry
Guilherme Messas, Melissa Garcia Tamelini, John Cutting

Mass killing under the guise of ECT: the darkest chapter in the history of biological psychiatry
G Gazdag, GS Ungvari, H Czech

Classic Text No. 112

Motility Psychoses’, by Erik Strömgren (1940)
German E Berrios, Johan Schioldann

Book Reviews

Book Review: Youval Rotman, Insanity and Sanctity in Byzantium: The Ambiguity of Religious Experience
Ariel Glucklich

Book Review: Theodore Jun Yoo, It’s Madness: The Politics of Mental Health in Colonial Korea
Maaike de Vries

L'avortement depuis 1800

Abortion in the British Isles, France and North America since 1800

Call for papers

International Conference organised by the University of Paris-Sorbonne (France), 6-8 November 2018.

Conveners: Claire Charlot, Adrien Lherm (Paris-Sorbonne, HDEA EA 4086), and Fabienne Portier-Le Cocq (University François Rabelais, Tours, ICD EA 6297).

Around the world, 2018 will mark the anniversary of a series of events relating to the decriminalisation of abortion: the enforcement of the UK Abortion Act 1967 (50 years), the US Supreme Court ruling of Roe vs. Wade (45 years), and the Canada Supreme Court ruling of R. v. Morgentaler (25 years). The Republic of Ireland is also planning a referendum on the possible repeal of Article 8 of its Constitution which, if approved, would lead to the decriminalisation of abortion there too. In addition, shortly after the British General Election of 2017, Prime Minister, Theresa May, announced that women from Northern Ireland (currently excluded from the British Abortion Act) would be allowed to travel to mainland Britain to secure an abortion on the National Health Service.

Over the years, some countries have authorised abortion on therapeutic grounds (when the physical and mental health of the mother or health of the foetus is at risk), and sometimes extended terminations to other grounds such as birth control or the right of women to take control over their bodies. In this instance, the context provided by the 1960s and the 1970s would prove decisive in the liberalisation of legislation; a move described by some as ‘permissive’ and by others as ‘progressive’. A reform of the laws on contraception often pre-dated the legalisation of abortion, helping to shape a context in which women sought greater freedom from child-bearing.

However, despite changes in attitudes and legal frameworks, the abortion debate goes on and many attempts have been and are still being made to turn the clock back. This can take various forms: street protests, physical violence (including assault and shootings), legal challenges, and demands for amendment or repeal of existing legislation from anti-abortion lobbies and political movements or parties created for the sole purpose of going back to a world without legally-available abortion.

The aim of this conference will be to consider all these developments in France and in the UK, Ireland, Canada and the United States, and to seek to explain how debate, the Law, as well as the situation on the ground, have changed over the last two centuries in the different countries concerned. Among the possible topics of interest for the conference are: a) quantifying abortions and relating the phenomenon to that of statistical knowledge; b) charting the evolution of the legislation or rulings which led to the criminalisation and then the decriminalisation of abortion; c) examining the social status of women affected by those changes in the countries concerned; d) describing and explaining changes in attitudes among the various actors involved: public opinion, the medical profession, politicians, members of the different churches, journalists, the activists of the different movements or political parties and of course women themselves; e) exploring the sociological profiles of women who seek abortions.

Such topics raise a number of key questions. Is abortion used today as a method of birth control? Can we speak of abortion on demand? Can we speak of a backlash against abortion? Such questions, it is hoped, will contribute to an interdisciplinary discussion among conference participants concerning the issues raised by abortion.

Proposals for papers on one of these topics – or others – are invited either in French or English, and may address only one aspect of the abortion question at a national level, or adopt a comparative approach. We hope to attract specialists from a wide variety of fields: bioethics, demography, law, religious studies, economics, history, medical studies, philosophy, sociology, political science, and so on.

Please send a proposal (a 500-word abstract and a short CV) to each of the three organisers: Claire Charlot (, Adrien Lherm ( and Fabienne Portier-Le Cocq ( The deadline is 23rd December 2017. Those submitting a proposal will be informed before the New Year whether their paper has been accepted. Some papers will be published. A registration fee will be asked of participants.

Scientific committee: Nathalie Bajos (INSERM, France), Françoise Barret-Ducrocq (Paris-Diderot, France), Claire Charlot (Paris-Sorbonne, France), Ann Furedi (Bpas, United Kingdom), Hélène Harter (Rennes 2, France), Françoise Le Jeune (Nantes, France), Adrien Lherm (Paris-Sorbonne, France), Janine Mossuz-Lavau (CNRS, CEVIPOF), Fabienne Portier-Le Cocq (Tours, France), Joshua C. Wilson (Denver, USA).
Contact Email: 

dimanche 26 novembre 2017

Les punitions dans les institutions disciplinaires

Administrer les punitions dans les institutions disciplinaires en Europe aux XIXe et XXe siècles

Colloque organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA

Jeudi 14 et vendredi 15 décembre 2017

Salle D 035, Maison de la recherche,
28 rue serpente Paris,
75006 Paris

Inscription sur
ou par téléphone au 01 40 46 28 20

Jeudi 14 décembre
9h30 Accueil des participants

10h Ouverture du colloque par Michelle Perrot

Elsa Génardet Mathilde Rossigneux-Méheust

Matin Justifier les punitions
Présidence et discussion Dominique Kalifa  (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle)

10h50 Amélie Nuq (Université Grenoble Alpes, LARHRA) et Jean-Jacques Yvorel (CESDIP)
De bonnes raisons de punir les dé ? Étude comparée France/Espagne franquiste

11h20 Marie Derrien (Lille 3, IRHiS)
Punir pour soigner ou soigner sans punir ? Justifications et critiques du recours aux punitions dans l’institution psychiatrique au XXe siècle

11h40 Jérôme Krop(Université d’Artois, CREHS)
Les mutations du régime d’exercice de l’autorité au collège à travers les archives audiovisuelles : l’exemple des surveillants d’externat (1968-1982)

12h-12h40 Discussion

12h40-13h40 Déjeuner

Après-midi #1 Repérer, qualifier, sanctionner
Présidence et discussion Julie Doyon (UNIFR / FNS / Paris 13, Pleiade EA7338)

13h40 Anne Jusseaume (Labex EHNE, SIRICE/CHSP)
Tolérer, déplacer, exclure : la gamme punitive du gouvernement des communautés religieuses au XIXe siècle

14h00 Elsa Génard(Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle)
Pouvoir discrétionnaire et administration des punitions en prison (France, premier XXe siècle)

14h20 Fanny Gallot (UPEC, CRHEC)
Micropénalités à l’usine : l’ordre du genre dans les années 1968

14h40-15h20 Discussion

15h20-15h40 Pause

Après-midi #2 Les effets du geste punitif
Présidence et discussion Julie Doyon

15h40 Solenn Huitric (UNIL, LARHRA)
La punition, perturbatrice des trajectoires professionnelles : système punitif et gestion des carrières dans l’enseignement secondaire (France, XIXe siècle)

16h00 Fanny Le Bonhomme (Centre Marc Bloch)
D’une institution à l’autre : les punitions comme point de rencontre entre clinique psychiatrique et parti communiste (RDA, Berlin-Est, 1960-1968)

16h20 Irène Gimenez (IEP de Lyon, LARHRA)
Avoir été punie. Propositions de réflexions sur l’emprisonnement politique au prisme du genre : le cas de Maria

16h20-17h Discussion

Vendredi 15 décembre

8h30 Accueil des participants

Matin Temporalités, spatialités, matérialités punitives
Présidence et discussion Falk Bretschneider (EHESS, Centre Georg Simmel)

9h Mathieu Marly (IRHiS)
L’art de bien punir : les techniques obscures de la punition dans les casernes françaises de la Belle Époque

9h20 Benoît Majerus (Université du Luxembourg)
Ceci n’est pas une micropénalité. L’utilisation de la camisole en hôpital psychiatrique

9h40 Stéphane Lembré (Université d’Artois, CREHS)
Peines et sanctions en école d’ingénieurs (1873-1961)

10h-10h40 Discussion

10h40-11h Pause

11h00 Anatole Le Bras (Sciences Po, CHSP) et Adèle Barrandon (Université François-Rabelais, Tours)
Punir l’enfant, punir l’adulte. Une comparaison des rituels punitifs dans les asiles d’aliénés (France, deuxième moitié du XIXe siècle) 

11h30 Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA)
Au mauvais endroit au mauvais moment : le poids des circonstances matérielles dans la pénalisation des pensionnaires de la maison de retraite de Villers-Cotterêts dans les années 1950

11h30-12h10 Discussion

12h10-13h10 Pause déjeuner

Après-midi Le travail punitif
Présidence et discussion Xavier Rousseaux (Université catholique de Louvain)

13h10 Claire Barillé (Lille 3, IRHiS)
Punir les soignants dans l’Assistance publique parisienne : quand l’hôpital discipline son personnel 1928-1933

13h30 Paul Marquis (Sciences Po, CHSP)
Punir le personnel de soins psychiatriques en Algérie (années 1930 - années 1960) : sanctions professionnelles ou répression politique ?

13h50 Ana Antic (University of Exeter)
Therapeutic violence : Psychoanalysis, punishment and the re-education’’ of political prisoners in Cold War Yugoslavia and Eastern Europe

13h50-14h40 Discussion

14h40-15h Pause

15h Pierre Porcher (Paris-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle)
« Des rouages essentiels de la discipline, garantie de l’ordre et du travail ». Le fonctionnement des conseils de discipline dans les lycées (1880-1941)

15h20 Nicolas Picard (Centre d’histoire du XIXe siècle)
Tensions punitives dans les cellules de la mort : les rapports de force entre surveillants pénitentiaires et condamnés à la peine capitale (France, 20e siècle)

15h40-16h20 Discussion

16h20-16h45 Pause

Conclusions parArlette Farge

Colloque organisé par Elsa Génard (Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle) & Mathilde Rossigneux-Méheust (Lyon 2, LARHRA), dans le cadre du projet de recherche sur l’histoire des micropénalités dans les institutions disciplinaires en Europe (XIXe-XXe siècles)

Colloque Pierre Savard 2018

Colloque Pierre Savard 2018

Appel aux communications pour la 14e édition

7 au 8 avril 2018 à l’Université d’Ottawa

L’Association des étudiants diplômés en histoire de l’Université d’Ottawa (AÉDH/HGSA) a le plaisir de vous annoncer qu’elle accepte les propositions de communication pour la quatorzième édition du Colloque Pierre Savard. Ce colloque annuel organisé par l'AÉDH offre l'opportunité aux candidats à la maîtrise et au doctorat de partager le fruit de leur recherche avec leurs collègues chercheurs et de se familiariser avec la communication scientifique. Le Colloque Pierre Savard est ouvert à toutes les propositions portant sur un sujet d'histoire, toutes disciplines confondues.
Nous invitons les étudiants diplômés à nous faire parvenir leur proposition pour une présentation individuelle de 20 minutes. Nous acceptons les communications en français et en anglais. Veuillez noter que certaines sessions thématiques seront bilingues. Les propositions pour une session thématique de trois présentations sont également acceptées. Toutes les propositions doivent comprendre le titre de la communication et un résumé d'une longueur maximale de 300 mots. La date limite pour l'envoi des propositions est fixée au vendredi 8 décembre 2016. Les propositions doivent être envoyées à
Le Colloque Pierre Savard offrira également un prix pour la meilleure communication.
Les textes seront évalués sur la base du style et du contenu et doivent être le résultat d'une recherche innovatrice. La communication gagnante sera sélectionnée par un comité composé d'étudiants diplômés. Pour participer au concours, il suffit de faire parvenir le texte de votre communication avant le dimanche 9 avril 2017 à l'adresse mentionnée précédemment. Le lauréat recevra un prix de 250$ et aura la chance de publier son article dans le revue étudiante Strata ( Nous encourageons tous les étudiants à soumettre leur communication à Strata pour avoir l’opportunité qu’il soit publié en été 2018.
Le Colloque Pierre Savard n'exige aucun frais d'inscription et encourage la participation des étudiants diplômés de partout au pays. Au besoin, des fonds limités sont disponibles pour aider avec le transport et le logement.

samedi 25 novembre 2017

Quand la médecine rencontre son patrimoine

Quand la médecine rencontre son patrimoine


Cette exposition est le fruit d’une collaboration entre la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin et la Faculté de Médecine de l’Université de Namur.

Date : 20/11/2017 08:00 - 31/01/2018 17:00
Lieu : Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin
Rue Grandgagnage 19, 5000 Namur, Belgique

Plus d’une cinquantaine d’ouvrages ont été sélectionnés dans le patrimoine des Réserves précieuses de la Bibliothèque.

Des atlas d’anatomie ainsi que d’autres livres couvrant les domaines de la médecine, de la pharmacie et des sciences biomédicales seront présentés, accompagnés de commentaires fournis pour la plupart par des membres de la Faculté de Médecine.

Des instruments médicaux et scientifiques, des pièces anatomiques et diverses curiosités complèteront l’exposition.

Entrée libre durant les heures d’ouverture de la Bibliothèque –

Catalogue d’exposition disponible. Sur place, possibilité d’accès à des capsules sonores via votre smartphone QR code

Les histoires globales de la compassion

Gendering Humanitarian Knowledge. Global Histories of Compassion from the Mid-Nineteenth Century to the Present

Call for papers

Organised by the Institute for Ethics, History, and the Humanities (University of Geneva), the Institute of Gender Studies (University of Geneva) and the Institución Milà i Fontanals (CSIC-Barcelona).

Auditorium B111 Uni-Bastions (University of Geneva)
April 20-21, 2018

Present humanitarian crises have increasingly led scholars to look back at the past in order to provide a long-term history of disaster relief work that would help us to track the empirical knowledge accumulated during wars, famines, epidemics and other natural disasters. Although this empirical knowledge produced by humanitarian workers in the field of operations is mainly rooted in medical practices concerning hygiene, epidemiology, psychiatry, nursing or nutrition, it extends historically beyond the borders of what we understand today as “humanitarian medicine” (Brauman, 1996).
In order to epistemologically approach all those relief practices as a whole body, including socio-cultural skills and competences that remain at the margins of science, we propose to use the term humanitarian knowledge in this conference, in accordance with recent studies on the history of science (Renn, 2016), the history of knowledge (Burke, 2016), and post-colonialist studies  (Purtschert and Fischer-Tiné, 2015). We invite scholars to think about this notion of humanitarian knowledge in a multidisciplinary way, by combining perspectives such as gender history, the histories of emotions and the body, literary and visual culture studies, global health history, as well as the history of institutions and their agents. All of them are useful to explore the transnational networks through which humanitarian practices and ideas have been promoted, disseminated and standardised.
Specifically, gender history is a promising way to complexify humanitarian knowledge, by shedding light on the construction of female and male subjectivities in relation to the sexual division of relief practices that have been implemented from the mid-nineteenth century to the present in particular spheres of aid: ambulances, field hospitals, sanitary trains, refugee camps, dispensaries, maternity hospitals and children’s colonies. Furthermore, gender history allows us to examine women’s participation in emergency relief operations in close connection with the production of what has been called a “situated knowledge” (Haraway, 1998), which does not represent the hegemonic knowledge
represented by the experts, namely physicians.
Gender history also enables us to analyse women humanitarians’ knowledge in relation to a broader definition of care than that provided by nursing, according the work of feminist scholars like Carol Gilligan, Ariel Hochschild and Joan Tronto (2013). Moreover, gender history is a challenging way of examining “women’s caring power” (Drenth and Haan, 1999) by considering it altogether with race, class and religious identities within the histories of war and empires written from a global perspective (Midgley, Twells and Carlier, 2016).
Gender history seems, therefore, the right place to discuss the ways through which social ideologies have influenced male and female cultural conceptions and self-perceptions concerning what it means to feel other people’s suffering and to relieve it. This can be done by focusing on compassion, but also taking into consideration other affective experiences: sympathy, empathy, resentment or what has been called “the pornography of pain” (Halttunen, 1995).
Finally, studying the gendered meanings of compassion, the emotion that has been celebrated as the ultimate humanitarian feeling (Taithe, 2006), gives us the opportunity to interpret humanitarian practices as a material expression of emotions, by specifically thinking about the reasons that led women to claim their maternal love when they cared for the victims of disasters (Martín Moruno, 2017).
We invite scholars interested in working on the history of humanitarian knowledge from a gender perspective to submit a proposal that deals with stories of flesh and blood, which put women’s and men’s humanitarian experiences at their centre, in order to inscribe their local practices within a global history of compassion from the mid-nineteenth century to the present.
For those who are interested in participating in this workshop, please submit a 300-word abstract and a brief CV in English or French by the 31st December, 2017 to
A publication is planned resulting from the celebration of this conference, which is funded by the SNSF Professorship’s project “Those Women who performed Humanitarian Action: A Gendered History of Compassion from the Franco-Prussian War to WWII”.

Organising Committee
Dolores Martín Moruno (Institute for Ethics, History, and the Humanities, University of Geneva)
Delphine Gardey (Institute of Gender Studies, University of Geneva)
Jon Arrizabalaga (IMF-CSIC, Barcelona)
Camille Bajeux (Institute of Gender Studies, University of Geneva)
Carolina Topini (Institute of Gender Studies, University of Geneva)
Scientific Committee
Leo van Bergen (Netherlands Institute for Military History/Dutch Veterans Institute)
Leticia Fernández Fontecha (Columbia University)
Rebecca Gill (Huddersfield University)
Valérie Gorin (CERAH/Graduate Institute, Geneva)
Judith Keene (University of Sydney)
Francisco Javier Martínez Antonio (Universidade de Evora)
Àlvar Martínez-Vidal (Univèrsitat de Valencia)
Francesca Piana (FSW, Zürich)
Bertrand Taithe (University of Manchester)
Grégory Tuban (Université de Perpignan)
Gian Marco Vidor (Max Planck Institute for Human Development)

vendredi 24 novembre 2017

Ethno-psychiatrie d'Henri Ellenberger


Henri Ellenberger

Édition critique présentée par Emmanuel Delille

ENS Éditions
parution 2017
serie Sociétés, espaces, temps
pages 308
isbn 978-2-84788-931-4

L’« Ethno-psychiatrie » d’Henri Ellenberger est la première synthèse de langue française sur cette discipline hybride située entre psychiatrie et ethnologie, qui s’est développée après-guerre à la fin des empires coloniaux et qui a connu un succès foudroyant ces dernières décennies.
Ce corpus présente un grand intérêt du point de vue de l’histoire des sciences humaines et sociales. D’une part, il constitue un cas d’étude de circulation des savoirs entre la France et l’Amérique du Nord, puisqu’il a été rédigé à Montréal dans un milieu académique anglophone par un médecin et chercheur formé à Paris. D’autre part, il permet d’interroger le moment de transition entre la médecine coloniale et les pratiques contemporaines de l’ethnopsychiatrie en métropole avec
des migrants. Cette nouvelle édition en trois parties s’ouvre par une présentation générale qui resitue les sources dans le contexte des savoirs de l’époque, en mettant l’accent sur les acteurs et les réseaux savants, entre médecine, psychologie et sciences sociales, dans une perspective historique. Le texte original est quant à lui reproduit à l’identique et annoté. Enfin un choix d’archives inédites est proposé, dont un enseignement délivré au Canada et un échange épistolaire avec Georges Devereux.
Emmanuel Delille est historien. Chercheur associé au Centre Marc Bloch (Université Humboldt, Berlin) et au CAPHES (ENS-Paris), il a travaillé en France, en Allemagne, au Japon et au Canada. Il a reçu le Pivnicki Award (Université McGill) en 2014 pour sa recherche sur l’histoire de la psychiatrie culturelle. Ses travaux portent sur l’histoire de la santé, de la psychiatrie et des réseaux intellectuels.

Les humanités médicales

Humanités médicales : fictions, représentations, témoignages


Sorbonne Nouvelle / Université Paris Descartes
Du 30 novembre au 2 décembre 2017

Organisation : Alain Schaffner et Patrizia D’Andrea
Contact : Patrizia D’Andrea, mail :

Les progrès de la médecine ne peuvent faire l’économie de la place du patient dans l'organisation des soins. Cette problématique traitée lors de ce colloque organisé par le pôle HALL de USPC réunira philosophe, médecins, sociologues et psychologues ou encore de nouvelles disciplines comme la médecine narrative. C'est dans ce cadre disciplinaire élargi que sera traitée cette question importante de la souffrance et de la solitude du patient face aux soins qu'on lui délivre.

Confronté à une situation médicale difficile, le patient se retrouve souvent seul devant sa souffrance : ne sachant vers qui se tourner, il cherche désespérément à donner du sens à ce qui lui arrive. Le médecin, l’infirmier, les personnels hospitaliers dans leur ensemble sont de leur côté, malgré leur savoir, désarmés face à des patients avec lesquels ils communiquent finalement assez peu. Journaux intimes, notes de consultations, lettres, récits ou romans autobiographiques, mais aussi documentaires, films ou séries sur le monde hospitalier en attestent, mettant en relief tantôt le point de vue du patient tantôt le point de vue des soignants. Les témoignages recueillis dans le cadre d’enquêtes ou dans des associations de patients, les blogs et même les œuvres d’art à valeur thérapeutique viennent compléter la gamme des témoignages, fictions ou représentations de la maladie qui nous sont proposés aujourd’hui, et qui gagnent aussi à être appréhendés dans une perspective historique. Il faut y ajouter les campagnes d’information et de communication autour des risques sanitaires et sociaux après les grands scandales auxquels nous avons été confrontés.

Les réflexions sur l’éthique médicale menées à partir des années 70, ont ouvert un vaste de champ de recherche appelé « Humanités médicales », qui prend acte du fait que les progrès de la médecine ne peuvent faire l’économie de la place du patient et de son « monde silencieux » (Jay Katz) dans l’organisation du soin. La philosophie, l’histoire de la médecine, la sociologie, la psychologie, la psychanalyse, et de nouvelles disciplines comme la « médecine narrative » (Rita Charon) se sont penchées sur les situations médicales et sont désormais mobilisées dans le cadre de la formation des médecins. Ce colloque a pour but de développer dans le cadre élargi de l’Université Sorbonne Paris Cité, la réflexion pluridisciplinaire, déjà fructueusement entamée sous d’autres angles dans le cadre du séminaire « Humanités médicales » de « La Personne en médecine ». On y examinera le monde médical et la situation de soin — du point de vue des sciences humaines et sociales, sur le double plan de la recherche et de l’enseignement — en mettant l’accent sur les fictions, représentations et témoignages qui en rendent compte ainsi que sur leur dimension éthique et esthétique.

Jeudi 30 novembre

Matinée : Littérature et médecine

9h30 Ouverture du colloque : Carle Bonafous-Murat, président de l’université Sorbonne Nouvelle et Jean-Louis Chiss responsable du pôle HALL de USPC.

Accueil des intervenants par Patrizia D’Andrea et Alain Schaffner, organisateurs du colloque.

9h45 Alexandre Wenger (Université de Genève), « "Il faut humaniser les médecins". De quelques malentendus sur le rôle des littéraires en médecine »

10h30 Régis Tettamanzi (Université de Nantes), « François Salières, un médecin contre les écrivains ? »

11h15 Pause café

11h30 Claire Crignon (Paris-Sorbonne) et Juliette Ferry (doctorante Paris-Sorbonne), « La collection d'anatomie-pathologique Dupuytren : un objet pour les humanités médicales ? »

12h15 Pierre-Louis Patoine (Sorbonne Nouvelle), « Littérature, expérience psychédélique et néolibéralisme. Impacts physiologiques et écologiques de la lecture immersive. L'exemple de Des Anges mineurs d'Antoine Volodine »

13h00 Déjeuner

Après- midi : Cinéma/théâtre

14h30 Céline Lefève (UMR SPHERE, Paris-Diderot, « La Personne en médecine »), « Soin au cinéma, soin du cinéma. Quelques réflexions sur l’enseignement de la philosophie aux étudiants de médecine à l’aide du cinéma »

15h15 Patricia-Laure Thivat (CNRS/UMR THALIM) « L’Éveil (Awakenings), un film de Penny Marshall, avec Robin Williams et Robert de Niro. L’art de la médecine »

16h Pause café

16h30 Maria de Jesus Cabral (Université de Lisbonne), « Le je/u de la parole ou le théâtre comme laboratoire pour l’éthique médicale »

17h15 Patrizia D’Andrea (Sorbonne Nouvelle), « Sur le seuil de l’inhumanité. Autour du film De sas en sas(2017) de Rachida Brakni »

Dîner libre

Vendredi 1er décembre
UNIVERSITE PARIS DESCARTES / salle du Conseil de l’Ecole de médecine

Matinée : Témoignages et récits de malades

9h15 Accueil par Christian Hervé (Laboratoire d’Ethique médicale)

9h30 Laurent Visier (Université de Montpellier), « Témoignages de patients. De quels patients s’agit-il? »

10h15 Micheline Louis-Courvoisier (Université de Genève) La valeur « contagieuse » des récits de malades : pour qui, pourquoi et dans quelles conditions ?

11h Pause café

11h30, Laurence Corroy (Sorbonne Nouvelle) et Emilie Roche (Sorbonne Nouvelle), « Représentation du pédiatre et de son patient dans la presse magazine »

12h30 Déjeuner

Après-midi : Histoire des représentations de la médecine

14h30 Paul-André Rosental (Institut d’Etudes Politiques de Paris), «Médecins, patients et sociologues face aux effets pathogènes du surempoussièrement»

15h15 Sophie Vasset (Paris-Diderot) « La question de la stérilité au XVIIIe siècle »

16h00 Pause

16h30 Jocelyne Arquembourg (Sorbonne Nouvelle), « Un monde sans antibiotiques: l'usage de la peur dans les discours apocalyptiques sur l'antibiorésistance, une approche pragmatiste ».

17h15 Laurence Monnais (Université de Montréal), « La parole est aux “déviants” : Perspectives historiennes sur le pluralisme thérapeutique et les refus de la vaccination »

20h : dîner du colloque

Samedi 2 décembre
UNIVERSITE PARIS DESCARTES / salle du Conseil de l’Ecole de médecine

Matinée : Histoire de la maladie et représentations du soin

9h15 Accueil

9h30 Jean-Jacques Courtine (Leverhulme Trust Visiting Professor, Queen Mary, University of London), « La folie à Paris. L'infirmerie spéciale de la Préfecture de Police (1875-1900) »

10h15 Anaëlle Touboul (docteur Sorbonne Nouvelle), « La folie en héritage : récits filiaux de la maladie mentale. Gwenaëlle Aubry, Martine de Rabaudy, Delphine de Vigan »

11h00 Pause café

11h30 Alain Schaffner (Sorbonne Nouvelle CNRS/UMR THALIM), « Un cas d'euthanasie en littérature : la mort d'Oscar Thibault »

12h15 Marie Gaille (CNRS UMR SPHERE), « Médecine palliative, médecine par défaut ? À partir des récits d'Hervé Guibert ».

12h30 : Buffet de clôture du colloque

jeudi 23 novembre 2017

Les animaux dans la construction de la médecine contemporaine

Animals and the Shaping of Modern Medicine. One Health and its Histories

Woods, A., Bresalier, M., Cassidy, A., Mason Dentinger, R.

Palgrave Macmillan
ISBN 978-3-319-64336-6

This book breaks new ground by situating animals and their diseases at the very heart of modern medicine. In demonstrating their historical significance as subjects and shapers of medicine, it offers important insights into past animal lives, and reveals that what we think of as ‘human’ medicine was in fact deeply zoological.

Each chapter analyses an important episode in which animals changed and were changed by medicine. Ranging across the animal inhabitants of Britain’s zoos, sick sheep on Scottish farms, unproductive livestock in developing countries, and the tapeworms of California and Beirut, they illuminate the multi-species dimensions of modern medicine and its rich historical connections with biology, zoology, agriculture and veterinary medicine. The modern movement for One Health – whose history is also analyzed – is therefore revealed as just the latest attempt to improve health by working across species and disciplines.

This book will appeal to historians of animals, science and medicine, to those involved in the promotion and practice of One Health today.

Penser l’histoire des sciences médicales avec l’animal

Partenaires particuliers ?  Penser l’histoire des sciences médicales avec l’animal (19e-21e siècles)

Journée d’études 

Jeudi 30 novembre 2017
Salle de colloque de l’IUHMSP, Lausanne

L’histoire de la place des animaux dans la médecine contemporaine a longtemps surtout été abordée sous l’angle de l’instrumentalisation et de la souffrance. Après Claude Bernard, qui présenta l’expérimentation animale comme un dispositif essentiel à l’essor de la « science médicale », la médecine n’aurait ainsi fait qu’accentuer, en pratique et en discours, les lignes du « grand partage » instauré par la culture occidentale entre les êtres humains et les autres espèces animales.
Dans la lignée du renouveau de l’histoire animale et sans pour autant nier ces aspects incontournables de ségrégation utilitariste du corps des bêtes, les spécialistes d’histoire des sciences ont toutefois récemment cherché à explorer d’autres aspects du lien entre médecine et animaux. Les médecins n’ont en effet pas toujours traité les animaux en matériaux d’expériences. Ils ont aussi cherché à penser avec eux. Dès le 19e siècle, la médecine a produit des figures de savants qui, y compris dans les laboratoires et le cadre expérimental, ont articulé très diversement la question de l’animalité.
Les animaux ont ainsi certes été perçus comme des cobayes, mais aussi comme des collaborateurs de recherche, des consommateurs de produits pharmaceutiques, voire des patients redevables d’une relation de soin.
Cette journée d’études vise à présenter un panorama de ces nouvelles recherches et à interroger, de façon plurielle, ce que la médecine fait à l’animal et réciproquement : Comment les animaux ont-ils influencé la construction des pratiques et des savoirs médicaux ? Quels statuts leur ont été assignés en médecine, sous quelles formes et dans quels espaces disciplinaires ? Quelles (més)ententes se sont opérées entre médecine humaine et médecine vétérinaire depuis le 19e siècle ? Réunissant des historien -n-e-s, mais aussi des philosophes et des praticien-n-e-s, l’événement sera l’occasion de réfléchir, au-delà des frontières disciplinaires, aux défis méthodologiques qui s’ouvrent dès lors qu’on entend penser avec ou comme des rats.
9h30 Frédéric Vagneron (Institut für Biomedizinische Ethik und Medizingeschichte, Université de Zürich) : présentation de la journée
1.Les sciences psy et l’animal
Présidence : Nicolas Zaslawski (Université de Lausanne)
9h45 Rémy Amouroux (IP, Université de Lausanne) et Aude Fauvel (IUHMSP-CHUV/Unil)
Des chiens alcooliques aux dauphins thérapeutes: les variations du bestiaire des sciences du psychisme du 19e siècle à nos jours
10h50 Pause
2. Médecine humaine et médecine vétérinaire : enjeux et obstacles d’une histoire croisée
Présidence : Beat Bächi (Institut für Medizingeschichte, Université de Berne)
11h Frédéric Vagneron (IBME, Université de Zürich)
One Health, One Medicine : quand les institutions internationales se saisissent d’un enjeu sanitaire

11h40  Delphine Berdah (GHDSO, Université Paris Sud)
Des antibiotiques à n’importe quel prix ? Sécurité sociale, antibiorésistances et alimentation animale en France après 1945
12h30 Pause repas

3. Quels modèles animaux pour quelle médecine ?
Présidence : Françoise Schenk (Université de Lausanne)
14h Nicholas Stücklin (Université de Lausanne)
A quoi servent les pères? Rongeurs, infanticide et scripts de paternité, 1957-1971
14h40 Lucie Gerber (Département d'histoire des sciences de la vie et de la santé, Université de Strasbourg)
De l'animal de laboratoire au modèle comportemental du vieillissement humain : apprendre à interroger la cognition du microcèbe
15h20 Pause
4. Conférence-débat avec Vinciane Despret
Présidence :Francesco Panese (IUHMSP, CHUV-Unil & SSP-Unil)
15h30 Vinciane Despret (Université de Liège)
Penser comme un rat : réflexions et... épilogue ?(titre provisoire)
16h30 Table ronde et conclusion

mercredi 22 novembre 2017

Le corps dans l'asile victorien

Investigating the Body in the Victorian Asylum. Doctors, Patients, and Practices

Jennifer Wallis

Open Access Book
Palgrave Macmillan

This book explores how the body was investigated in the late nineteenth-century asylum in Britain. As more and more Victorian asylum doctors looked to the bodily fabric to reveal the ‘truth’ of mental disease, a whole host of techniques and technologies were brought to bear upon the patient's body. These practices encompassed the clinical and the pathological, from testing the patient's reflexes to dissecting the brain.

Investigating the Body in the Victorian Asylum takes a unique approach to the topic, conducting a chapter-by-chapter dissection of the body. It considers how asylum doctors viewed and investigated the skin, muscles, bones, brain, and bodily fluids. The book demonstrates the importance of the body in nineteenth-century psychiatry as well as how the asylum functioned as a site of research, and will be of value to historians of psychiatry, the body, and scientific practice.

Conférences de la Société montpellieraine d'histoire de la médecine

Conférences de la Société montpellieraine d'histoire de la médecine

Programme 2017-2018

Les réunions se tiennent le Vendredi à 18h dans le Theatrum Anatomicum de la Faculté de Médecine, 2 rue École de Médecine. Accès libre.

13 Octobre 2017. Professeur Daniel Jarry
Rondelet, premier médecin naturaliste de Montpellier.

10 Novembre 2017. Docteur Etienne Cuenant
Histoire de la pensée médicale au travers de l’urologie.

8 Décembre 2017. Professeur Annie Lamboley
L’évolution dans le temps du droit de la Procréation Médicalement assistée (PMA).

12 Janvier 2018. Professeur Eric Delaporte
Histoire de l’épidémie de HIV.

9 Février 2018. Professeur François Bonnel, Docteur Antoine Faix
L’oeuvre de Lapeyronie.

9 Mars 2018. Professeur Jean-Pierre Dedet
Sauts épistémologiques et révolutions dans l'histoire de la médecine.

13 Avril 2018. Madame Vernet
Une brève histoire de la médecine romaine.

18 Mai 2018. Professeur Pierre-Olivier Methot (Université Laval, Québec)
Hervé Harant et l'écologie médicale à Montpellier.

8 Juin 2016. Professeur Francis Blotman
Petite histoire d’une maladie royale: la goutte.


mardi 21 novembre 2017

Histoire de la psychiatrie

Histoire de la psychiatrie
Jacques Hochmann 

Presses universitaires de France
Collection: Que sais-je ?
Date de parution: 11/10/2017

S’il y a toujours eu des réponses sociales à la folie, la psychiatrie ne se constitue véritablement comme «?médecine spéciale?» qu’au début du XIXe siècle. En retraçant l’histoire de la psychiatrie en France depuis Philippe Pinel jusqu’à nos jours, cet ouvrage explore les changements de la pratique et les différentes théories de cette discipline. Il montre comment celle-ci n’a cessé d’évoluer, partagée entre la volonté d’isoler les causes de la folie et la réalité de la prise en charge des patients, entre les apports psychanalytiques et l’apparition de médicaments, entre une clinique quotidienne et les critiques de la société sur son fonctionnement.

L'histoire des institutions disciplinaires.

Entre les murs, hors les murs. Revisiter l’histoire des institutions disciplinaires.

Séminaire de recherche du GRID (Groupe de recherche sur les institutions disciplinaires)

2017-2018 : Mobilités. Entrées, sorties et transferts des institutions

Centre d’histoire du XIXe siècle, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 3e étage, salle Fossier,

un mercredi par mois de 17h à 20h.

Séminaire organisé par le Centre d’histoire du XIXe siècle et le LARHRA, avec le soutien du Centre d’histoire de Sciences Po.

Coordination : Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle - ), Anatole Le Bras (Centre d’histoire de Sciences Po – ), Mathieu Marly (IRHIS – ), Paul Marquis (Centre d’histoire de Sciences Po –, Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA, chercheuse associée au Centre d’histoire du XIXe siècle –, Lola Zappi (Centre d’histoire de Sciences Po –

Depuis cinquante ans, la focale institutionnelle constitue une entrée essentielle pour les historiens du social et de l’État. Ainsi les spécialistes de la pénalité, de la médecine, de l’éducation, de l’armée, de l’assistance ont-ils posé les grands jalons d’une histoire de la prise en charge des individus à l’époque contemporaine, de la naissance à la mort. Cette histoire riche et inventive reste cependant tributaire des lignes de partage fondées sur la finalité de chaque espace institutionnel. 
Les murs des institutions, en délimitant des fonds d’archives, ont aussi circonscrit des champs historiographiques et des types de questionnement dont il est parfois complexe de sortir. D’une part, la nécessité, invoquée à juste titre, de connaître les espaces institutionnels de l’intérieur a eu pour effet de reléguer au second plan les entreprises comparatives ou croisées. D’autre part, la faible intensité des débats entre les historiens des institutions disciplinaires n'a jusqu'à présent pas permis de décloisonner les réflexions et d'aller au-delà des controverses intra-institutionnelles – et ce, bien que l’historiographie ne cesse de relativiser le caractère fermé des institutions. Cela a pu conduire à perdre de vue que l’école, l’hôpital, la prison, l'asile, l'hospice ou encore la caserne s’inscrivent dans une histoire commune : celle des institutions qui organisent les existences et forgent des parcours et expériences individuels.

Caractérisées par un système de lieux, de règles et d’acteurs, les institutions seront définies, dans le cadre de ce séminaire, comme des dispositifs mais surtout comme des espaces de vie collective conçus pour encadrer tout ou partie des activités et besoins quotidiens des individus dont ils ont la charge. Malgré les différences importantes entre la durée des prises en charge, le degré d’ouverture des espaces et la finalité des différentes institutions dont il sera question cette année, le principe de ce séminaire est de mettre en résonance les formes modernes d'encadrement des populations en reprenant la longue liste des institutions disciplinaires de Michel Foucault – non pas pour la figer mais pour continuer à interroger la pertinence d’un tel rapprochement. L’objectif est donc de tisser des liens entre des organisations ne présentant pas des homologies de fonctionnement parfaites.

Afin de ne pas s’en tenir au seul prisme institutionnel, la démarche retenue est donc double : saisir les populations instituées dans une histoire sociale qui dépasse celle des institutions, et faire entrer en résonance l’étude d’institutions variées en identifiant et en comparant des structures de prises en charge collective des individus. En déplaçant les points d’observation, le séminaire « Entre les murs, hors les murs » cherche à proposer un cadre de réflexion multi-institutionnel, interinstitutionnel mais aussi extra-institutionnel. Que lit, que voit, que comprend le chercheur spécialiste d’une institution lorsqu’il la regarde du dehors, de côté, ou à l’interface avec ce qui l’environne ?

Pour cette première année, nous souhaitons que le séminaire se concentre sur les « mobilités institutionnelles ». Ce choix repose sur un constat qui frustre sans cesse l’historien-ne : les archives institutionnelles ne nous donnent accès aux individus que très transitoirement. Or, le séjour en institution n’est qu’une étape d’un parcours plus long, en amont comme en aval. L’étude des trajectoires biographiques révèle bien souvent la diversité des types de prise en charge au cours d’une vie, ainsi qu’une mobilité plus grande que ne le laisse supposer l’étude statique des populations instituées. L'analyse interne des institutions invisibilise par ailleurs la pluralité des processus de triage, qui constituent de formidables révélateurs du fonctionnement des institutions et du statut des individus pris en charge.

Deux pistes de réflexions peuvent dès lors être explorées. La première concerne tous les lieux et tous les moments de connexion entre les institutions et les univers sociaux d'où proviennent les individus, à savoir les entrées, les sorties, les procédures de recrutement, d'enregistrement ou d'internement, ainsi que l’ensemble des rituels qui y sont associés. La deuxième se rapporte aux mobilités en elles-mêmes, c'est-à-dire aux hommes et aux femmes qui circulent, de manière choisie ou contrainte. Quels mécanismes président à ces mobilités et circulations ? Et comment s’articulent les logiques administratives et les stratégies individuelles ?

Dans cette perspective, une attention particulière sera portée à l’étude des transferts et des « populations limites » que constituent par exemple les condamnés irresponsables acceptés avec réticence à l'asile, les élèves indisciplinés qui vont d’établissement en établissement, les agités ne trouvant pas leur place dans les salles d'hôpital, les séniles devenus tranquilles placés à l'hospice, ou encore les enfants handicapés vieillissants, trop âgés pour rester dans les structures qui les ont vus grandir... À travers l'étude du traitement social de l'enfance, de la vieillesse, de la folie, de la déviance ou de la maladie, il s'agira donc de mieux comprendre la place qu'occupent les institutions dans les trajectoires individuelles, et plus généralement dans l'économie de la prise en charge des personnes à l'époque contemporaine.

Programme 2017-2018

Séance 1 : Mercredi 29 novembre 2017 : Placements et arbitrages.

Anatole Le Bras (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « L'antichambre de l'asile : procédures d'identification et de tri des malades mentaux à l'hôpital, l'hospice, la prison et au Dépôt de la Préfecture de police (seconde moitié du XIXe siècle) »

Julien Bourdais (CMH, ENS-EHESS) : « De la médecine à plusieurs vitesses aux filières de soin. Comment saisir la hiérarchie des mobilités institutionnelles en psychiatrie hospitalière ? »

Séance 2 : Mercredi 14 février 2018 : Transferts inter-institutionnels.

Clément Collard (Centre d’Histoire de Sciences Po) : "Les écoles de rééducation professionnelle pour mutilés de guerre : des institutions hybrides et transitoires, entre caserne, hôpital et usine (1915-1940)"

Elsa Génard (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 Panthéon Sorbonne) : « La prison, un carrefour institutionnel ? Les mobilités institutionnelles entre prison, armée, asile et hôpital (fin XIXe siècle – années 1930, France) »

Séance 3 : Mercredi 28 mars 2018 : Transferts intra-institutionnels.

Jérôme Krop (Laboratoire CREHS, université d’Artois) : « La mobilité des enseignants de la première génération des instituteurs et institutrices de la IIIe République dans la Seine : un reflet de la structuration du champ de l'enseignement primaire (1870 - années 1920) »

Mathieu Marly (IHRIS, Lille III) et Lionel Kesztenbaum (INED) : « Les mobilités inter-armes dans l’armée française durant la Première Guerre mondiale »

Séance 4 : Mercredi 11 avril 2018 : Expériences de la mobilité.

Jeanne Moisand (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Entre l'arsenal, les navires et le bagne : mobilités entre institutions d'un port militaire en révolution (Carthagène, 1873) ».

Lola Zappi (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « Des trajectoires composites : les assistantes sociales face aux circulations intra et extra-institutionnelles des jeunes ‘’difficiles’’, Paris, entre deux- guerres »

Séance 5 : Mercredi 16 mai 2018 : Sorties institutionnelles.

Xavier de Larminat (CUREJ, Université de Rouen) : « Parcours individuels et carrefours institutionnels. Le rôle des agents de probation dans les processus de désengagement délinquant »

Paul Marquis (Centre d’Histoire de Sciences Po) : « Sortir de l'asile, guérir de la folie ? Stratégies et négociations autour des sorties des malades dans un hôpital psychiatrique colonial (Algérie, 1933 – 1963) »

Séance 6 : Mercredi 20 juin 2018 : Populations mobiles.

Mathilde Rossigneux-Méheust (LARHRA, Lyon 2) : « De l’asile à l’hospice, de l’hospice à l’asile (fin XIXe siècle-second XXe siècles) : expériences de glissements et trajectoires institutionnelles chaotiques à l’âge de la vieillesse ».

Véronique Fau-Vincenti (EHESS) : « De Charybde en Scylla : itinéraires de patients médicolégaux ayant transité en service de sûreté psychiatrique (1910-1960) ».

lundi 20 novembre 2017

Les funérailles

L’orchestration de la mort. Les funérailles, des temps modernes à l’époque contemporaine

Élisabeth Belmas et Serenella Nonnis-Vigilante (dir.)

Presses Universitaires du Septentrion
ISBN : 978-2-7574-1802-4

Si l’histoire de la mort a suscité de nombreux travaux, celle du sort réservé au corps morts reste
méconnue. Jusqu’au XVIIIe siècle, l’Église se charge de l’ensevelissement des corps dans les églises, chapelles ou cimetières adjacents, en veillant à sacraliser ces espaces funéraires. Mais l’urbanisation, l’influence des scientifiques et des philosophes et les exigences de santé publique entraînent une série de mesures administratives. Le mouvement hygiéniste souligne au XIXe siècle les problèmes de séparation définitive des vivants et des morts et du choix de l’emplacement du cadavre. Dans le cimetière public et laïc, une nouvelle célébration de la mémoire voit le jour. À partir des années 1870, des médecins positivistes prônent la crémation des corps au nom de la santé publique et revendiquent la liberté d’expérimentation, tout en demeurant attachés au respect du culte des morts. Historiens, sociologues et anthropologues mêlent leur regard pour penser le temps et les formes du passage de la communauté des vivants à l’univers de la mémoire.
Contributeurs : Sabine Armani ; Élisabeth Belmas ; Bruno Bertherat ; Diego Carnevale ; Gaëlle Clavandier ; Joël Coste ; Nancy Gonzalez Salazar ; Vincent Gourdon ; Jacqueline Lalouette ; Giulia Masci ; Serenella Nonnis-Vigilante ; Stanis Perez ; Anne-Sophie Pimpaud ; Nathalie Sage Pranchère ; Isabelle Renaudet ; Catherine Rollet ; Évelyne Scheid-Tissinier ; Juliette Vion-Dury ; Judith Wolf

Élisabeth Belmas est professeur d’histoire moderne à l’université Paris 13, membre du laboratoire IRIS (UMR 8156-U997) et coordinatrice du thème « Construction et diffusion des savoirs médicaux », de l’axe « Corps, Santé, société », à la MSH Paris-Nord.
Serenella Nonnis-Vigilante est membre associé du laboratoire Pléiade, enseignante honoraire à l’EHESS dans le Master 2 européen « Santé, Population, Politiques sociales » et à l’École doctorale « Beni Culturali » du Politecnico de Turin.

Nouvelles perspectives en histoire environnementale

New Perspectives in Environmental History 

Call for Papers

A Northeast Regional Conference 
Saturday, April 14, 2018 

Kroon Hall, Yale University
New Haven, Connecticut
** Paper Abstract Submission Deadline: December 8, 2017 **

Yale Environmental History invites paper proposals from graduate students at northeastern universities for a one-day conference on environmental history. Paper proposals from any region or time period are welcome. The conference seeks to showcase new projects in environmental history and to encourage vigorous dialogue among graduate students and faculty.

We invite papers that address environmental history in its broadest sense, whether dealing with political economy, society and culture, intellectual debates, science and technology, microorganisms and disease, or policy and planning. Conference organizers are particularly eager to include comparative and non-U.S. perspectives on environmental history.

The conference will consist of three moderated panel sessions featuring graduate student papers. A faculty panel will conclude the day. Presentations will be based on papers circulated in advance to panel commentators and conference attendees.

The conference format is based on successful northeast regional conferences held at Yale in recent years. 

For more information on past conferences, including agendas and paper abstracts, visit

ABSTRACT SUBMISSION: Abstract submissions should be in the form of a SINGLE document in Microsoft Word or Adobe PDF format, and must include the following:

(1) your name, institutional affiliation, and contact information;

(2) a 300-word abstract;

(3) a one-page C.V.

Submissions must be emailed to by December 8, 2017. Please include your name and paper title in the filename of your submission. Please do not submit panel proposals-- individual papers will be grouped into panels by the conference organizers. Accepted presenters will be notified by December 15, 2017, and asked to submit their paper for circulation to attendees and commentators by March 24, 2017.

** Graduate students enrolled in doctoral programs in New England, New York, New Jersey, and eastern Pennsylvania are particularly encouraged to submit proposals. Graduate students from outside this region are welcome to submit proposals; preference may be given to northeastern institutions.**

Please contact with any questions.

dimanche 19 novembre 2017

La santé publique en Europe de l'est

From the Midwife's Bag to the Patient's File: Public Health in Eastern Europe

Friederike Kind-Kovacs,‎ Heike Karge & Sara Bernasconi (Editors)

Hardcover: 370 pages
Publisher: Central European University Press (November 15, 2017)
Language: English
ISBN-13: 978-9633862087

This volume discusses the social and cultural history of public health and its influence on state and nation building in East and Southeast Europe, throughout the 19th century and 20th century, including the Cold War period.

Histoires du handicap

Histories of Disability: local, global and colonial stories

Call for papers

7-8 June 2018, University of Sheffield, Sheffield, UK.

Back in 2001, the historian of American deafness Douglas Baynton argued that ‘Disability is everywhere in history, once you begin looking for it, but conspicuously absent in the histories we write' (Baynton, 2001, p. 52). Since then the history of disability has burgeoned with many important studies showing this not only to be a significant field but a vibrant one. But several key areas remain to be thoroughly interrogated. The historiography remains largely limited to America and western Europe, historians have been slow to take up the exciting postcolonial questions explored by literary scholars and sociologists about the relationship between colonialism and disability, and a tendency has remained to treat the western experience of disability as a universal one. This workshop aims to interrogate these biases, shed light on geographical specificity of disability and think more about the global history of disability both empirically and theoretically.

Questions of interest might include, but are not limited to

· How is the experience and construction of disability specific to time and place?

· What is the relationship between the local and the global when considering the history of disability?

· How does disability intersect with other identities (such as race, gender, class and religion)?

· What is the relationship between disability and imperialism/colonialism?

· How can postcolonial theory help us better historicise the experience of disability?

· Does the concept of ‘disability’ itself work outside a western context?

· How are the histories of disability shaped by mobility, movement and travel?

Abstracts of c. 300 words should be sent to Esme Cleall, by 1st December 2017. I’d also be happy to answer any questions.

Contact Info:
Esme Cleall, University of Sheffield,
Contact Email:

samedi 18 novembre 2017

Une histoire globale de la science sexuelle

A Global History of Sexual Science, 1880–1960 

Veronika Fuechtner, Douglas E. Haynes, Ryan M. Jones (Editors)

Paperback: 424 pages
Publisher: University of California Press (November 14, 2017)
Language: English
ISBN-10: 0520293398
ISBN-13: 978-0520293397

Sex has no history, but sexual science does. Starting in the late nineteenth century, people all over the world suddenly began to insist that understandings of sex be based on science. As Japanese and Indian sexologists influenced their German and American counterparts, and vice versa, sexuality, modernity, and imaginings of exotified “Others” became intimately linked. The first anthology to provide a worldwide perspective on the birth and development of the field, A Global History of Sexual Science contends that actors outside of Europe—in Asia, Latin America, and Africa—became important interlocutors in debates on prostitution, birth control, and transvestism. Ideas circulated through intellectual exchange, travel, and internationally produced and disseminated publications. Twenty scholars tackle specific issues, including the female orgasm and the criminalization of male homosexuality, to demonstrate how concepts and ideas introduced by sexual scientists gained currency throughout the modern world.